Vente du Samedi 23 juin 2007

 

http://www.hdvnice.com/images/ventes-aux-encheres-bijoux/ventes-aux-encheres-bijoux-2.jpg

Collier draperie en argent, or rose dix huit carats et diamants taille ancienne (environ 10 cts). Fin du XIXème siècle. Poids brut argent et or : 95 grs.

Adjugé : 18 500 € frais compris

http://www.hdvnice.com/images/ventes-aux-encheres-bijoux/ventes-aux-encheres-bijoux-3.jpg

Paire de clips d'oreilles "Joaillerie" en platine et or gris, chacun serti d'un diamant légèrement demi-taille dans un entourage de brillants et de diamants navettes. (Poids des deux diamants principaux : environ 2,60 cts (supp SI2) et environ 2,80 cts (supp I/J SI2) + mêlés environ 5,60 cts). Poids : 18 grs.

Adjugé : 24 500 € frais compris

http://www.hdvnice.com/images/ventes-aux-encheres-bijoux/ventes-aux-encheres-bijoux-4.jpg

Parure comprenant un collier et un bracelet articulé en chute, sertis de turquoises cabochons ovales dans un double entourage de brillants (environ 20 cts) et de saphirs ronds facettés (le bracelet pouvant s’adapter au collier pour former sautoir)
VAN CLEEF AND ARPELS (signés et numérotés). Poids : 113 grs

Adjugé : 68 250 € frais compris

 

http://www.hdvnice.com/images/ventes-aux-encheres-tableaux-modernes/ventes-aux-encheres-tableaux-modernes-1.gif

Charles Camoin (1879-1965) 


Port de Marseille, Notre-Dame-de-la-Garde, 1904, huile sur toile, 61 x 87 cm.
Ce magnifique panorama du port de Marseille était l’un des centres d’intérêt de cette vente niçoise (voir Gazette n° 25, page 126). Attendu autour de 70 000 euros, il était débattu avec ferveur entre divers enchérisseurs. Au final, un particulier français l’enlevait au double des estimations. Ses atouts ? Représentant une vue fameuse de Marseille, il a été peint au début de la période fauve de Camoin qui participe au fameux Salon d’automne ; allant de 1904 à 1906, celle-ci est la plus appréciée des amateurs. 
Après des études marseillaises, le jeune homme fait ses classes dans l’atelier parisien de Gustave Moreau, où il rencontre Matisse, Manguin, Rouault et Martel. Pour effectuer son service militaire, il revient ensuite à Arles, puis à Aix-en-Provence, où il fait en 1901 la connaissance de Cézanne lui accordant son amitié. Ce dernier l’encourage dans une lettre à se hâter «de sortir des grands maîtres du Louvre pour se vivifier en soi, au contact de la nature». Suivant ce conseil, Camoin travaille régulièrement avec ses condisciples Marquet et Matisse dans les rues de Paris. Et si Camoin se fixe dans la capitale, il revient aussi de temps en temps dans sa ville natale. Travaillant sur le motif, il représente diverses vues de Marseille à l’exemple de notre toile. Simplifiant les contours, elle transcrit au premier plan le port animé de voiliers et dessine, à l’arrière-plan, les contours de la basilique Notre-Dame-de-la-Garde, surnommée familièrement «La Bonne Mère». Camoin s’y révèle plus fauve par l’interprétation suggestive et irréaliste du coloris que par l’exaltation de la couleur. 


Adjugé 204 000 euros frais compris.